Les commerçants du cours Gambetta à Lyon (Rhône) n'en peuvent plus. Alors ils ont décidé de monter au créneau.
Les commerçants du cours Gambetta à Lyon (Rhône) n’en peuvent plus. Alors ils ont décidé de monter au créneau. (©Twitter – Guillotière en Colère)

« Trop de concertations, trop de promesses, trop de mensonges. On veut des actes ! » Cette phrase est affichée sur certains commerces cours Gambetta à Lyon (Rhône).

D’autres ont également fleuri, où est écrit par exemple « commerçants abandonnés et en colère ».

C’est l’association Gambetta Commerce qui en fait la distribution depuis mardi 12 octobre 2021.

Les commerçants de l’association, ils sont une vingtaine, attendent des actions concrètes de la part de la mairie. Julien Deschamps, le président de l’association de commerçants, à répondu aux questions de la rédaction. Camille Augey a également réagi à ces affiches.

À lire aussi

« Pourquoi rien n’est fait ? »

« On n’en peut plus de la situation. Rien ne bouge depuis un an. La situation devient intenable pour les commerçants, les clients et les riverains. » Le cadre est posé par Julien Deschamps : les commerçants en ont ras-le-bol.

« J’ai déjà envoyé plusieurs courriers à la mairie. Je n’ai jamais eu de retour » regrette le président de l’association. 

« Le cours Gambetta, c’est là où on est le plus impacté. Alors on a distribué ces affiches à tous les commerces de la rue. »

On est tous dans le même bâteau, qui est en train de couler. Alors il faut se serrer les coudes

Julien DeschampsPrésident de l’association Gambetta Commerce

« Un cap a été franchi avec le coup de feu il y a quelques semaines. Ce n’est pas rien, ce n’est pas juste une bagarre, qui est déjà inadmissible. On sent l’escalade. Pourquoi rien n’est fait ? Quand les ateliers ont été mis en place, je me suis dit ‘très bien, ils prennent notre parole’. Mais en fait c’est de l’enfumage, rien n’est fait. Pour moi, ils auraient dû mettre en place des choses tout de suite ».

Du côté de la mairie, les affiches ont été remarquées. Camille Augey, adjointe au Commerce, comprend « qu’aux yeux de certains, ça ne va pas assez vite. Mais on est au travail ». « Il y a une réunion le 15 octobre avec les habitants » souligne-t-elle, avant d’ajouter :

« Il faut rappeler que jamais une municipalité n’avait jamais autant été mobilisée sur Gabriel-Péri, qui est un sujet très complexe, une cheffe de projet a été recrutée pour travailler sur ce quartier. » 

L’adjointe réclame encore « un peu de patience. Les services travaillent pour activer tous les leviers possibles, on ne reste pas là à rien faire« .

Et quand on lui demande si elle comprend que certains riverains et commerçants ne peuvent plus entendre parler de consultations et autres ateliers, la membre de la majorité écologiste argumente :

Les choses prennent du temps à se mettre en place, mais c’est ce qu’il faut pour que ce soit réellement efficace

Camille AugeyAdjointe au Commerce à la Ville de Lyon

À lire aussi

Des arguments qui n’apaisent pas Julien Deschamps… Au contraire : « On attend quoi ? Qu’un riverain se fasse tuer ? C’est irresponsable comme discours. On leur a déjà dit qu’un drame allait arriver, et on l’a frôlé. On n’a plus le temps. C’est ce qu’on dit dans nos affiches : trop de concertation tue la concertation ! »

Vendredi, la municipalité va devoir trouver des arguments forts pour calmer la colère qui gronde à la Guillotière.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Lyon dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Lyon. “On attend quoi ? Qu’un riverain se fasse tuer ?” Le coup de gueule des commerçants de la Guillotière – actu.fr
Étiqueté avec :