Emmanuel Macron est accueilli par le maire de Marseille, Benoît Payan (gauche), à son arrivée à l’hôtel de ville, le 1er septembre 2021. Emmanuel Macron est accueilli par le maire de Marseille, Benoît Payan (gauche), à son arrivée à l’hôtel de ville, le 1er septembre 2021.

Les chantiers qu’il avait lancés ont-ils avancé ? Un mois et demi après un premier déplacement à Marseille, où il avait annoncé un vaste plan de 1,5 milliard d’euros, Emmanuel Macron revient dans la deuxième ville de France, vendredi 15 et samedi 16 octobre, pour « relever les copies », selon son entourage. « Je veux que ces promesses deviennent des faits », avait-il insisté, le 2 septembre, devant les élus locaux, en s’engageant à « revenir » pour « faire le point à six semaines ». Un premier bilan, avant un nouveau déplacement prévu en février, deux mois avant l’élection présidentielle, pour « voir ce qui a été fait ou non ».

Sécurité, écoles, lutte contre l’habitat indigne, transports, santé… Lors de sa précédente visite, il avait dévoilé des mesures dans plusieurs domaines, dans l’espoir de combattre « à la racine » les multiples maux qui rongent Marseille depuis des décennies. Avec un objectif : faire en sorte que les « chicayas » entre les pouvoirs locaux n’empêchent pas l’argent public « d’arriver » réellement « sur le sol » marseillais. Pour s’en assurer, M. Macron avait donné un impératif de « suivi et de contrôle » des projets lancés et de la dépense des budgets promis.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’opération séduction d’Emmanuel Macron à Marseille

Vendredi 15 octobre, il réunira donc le maire socialiste de Marseille, Benoît Payan, la présidente Les Républicains (LR) de la Métropole Aix-Marseille-Provence, Martine Vassal, et d’autres élus locaux pour une « revue des engagements » pris. Après une réunion sur le thème de l’accès à l’emploi et à l’insertion, un dîner de travail doit se tenir à la préfecture des Bouches-du-Rhône, où il sera question notamment des transports et de l’éducation. Samedi, le chef de l’Etat doit participer au Congrès national des sapeurs-pompiers.

« Ce qui devait être un point d’étape sur chacun des chantiers ouverts est monté comme une visite éclair, où Macron ne dira pas grand-chose publiquement sur le plan… Par contre, le dîner à la préfecture peut être authentiquement sanglant », prédit un élu marseillais de premier plan.

Bilan d’étape mitigé

Outre M. Payan et Mme Vassal, parmi les convives ce soir-là figureront le préfet de région Christophe Mirmand, le nouveau préfet à l’égalité des chances chargé de l’application du plan Marseille en grand, Laurent Carrié, le vice-président du conseil régional chargé des transports, Jean-Pierre Serrus, élu La République en marche (LRM), et, invité surprise, le président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici. Une présence qui symbolise le rôle d’arbitre que la chambre régionale des comptes (CRC) est appelée à tenir dans les prochains mois, notamment sur la question des 700 millions d’euros d’attributions compensatoires que la métropole reverse chaque année aux communes. Un montant que la CRC conseillait déjà de « réviser à sa juste valeur » dans un rapport d’octobre 2020.

Il vous reste 69.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

A Marseille, Emmanuel Macron vient faire la « revue des engagements pris » – Le Monde
Étiqueté avec :